PAGE D'ACCUEIL LES SIX PERTES DU 364th FG, le 25 MAI 1944

..

LA MISSION DU JOUR

Le 25 Mai 1944, les P-38 du 364th FG, basés à Honigton (East Anglia) furent affectés à une mission d'escorte de bombardiers (B-24) chargés de bombarder les installations ferroviaires de la ville de Troyes. Les pilotes de chasseurs considéraient alors ce travail d'escorte comme des missions faciles appelées "milk run". Or, cette fois-ci, cela ne se déroula pas très bien...

Ce jour là, le groupe était mené par le Lt Col. Jack DALE. Le voyage vers l'objectif et le bombardement se réalisèrent sans incident. Au chemin retour, les pilotes de chasse furent alors libérés de leur mission d'escorte et ils purent se livrer à une mission d'attaque dite "d'opportunité". Ainsi, sur le retour de mission, les P-38 s'attaquèrent à toutes les cibles qui semblaient intéressantes.

L'ATTAQUE D'UN TRAIN

Libres d'attaquer les cibles de leur choix, les P-38 du 385th Fighter Squadron prirent pour cible une locomotive arrêtée sur une ligne de chemin de fer. Chaque appareil fit un passage en mitraillant la locomotive. Les tirs du Lt Donald CHAPLIN touchèrent en particulier la chaudière du train et une explosion s'en suivit: "We descended to 1500 ft above the ground and spotted a locomotive stopped on a road. All eight A/C made a strafing pass and my shots hit the boiler section and the locomotive blew up" (récit de Donald CHAPLIN)

Les archives de la défense passive de l'Eure-et-Loir relate une attaque identique à Courtalain le 25 Mai 1944 vers 10H40: "Mitraillage de train en gare de Courtalain; une locomotive est hors d'usage; un mécanicien (père de 7 enfants) est tué, un autre est grièvement blessé (amputation d'un pied et brûlures multiples et graves), un autre employé de la gare de Courtalain est blessé (transfert à l'hôpital de Châteaudun)". Cette attaque à Courtalain était-elle celle du 385th FS?

L'ATTAQUE DE CHATEAUDUN

Après l'attaque de cette locomotive, vers 10H30, un des pilotes (Stapleton)  aperçut un aérodrome (celui de Châteaudun) et quatre des huit P-38 du 364th FG décidèrent de s'y attaquer. Parmi ces quatre pilotes, se trouvaient le Lt Clarence WARNER, le Lt Donald CHAPLIN et le Lt John WITTGREVE.

LE CRASH DU P-38 DU Lt CHAPLIN

Voici le récit du Lt Donald CHAPLIN (du 24.07.1997): " Mon  Flight (de quatre P-47) descendit à une altitude de 15 à 100 pieds. Il s'agissait bien d'un aérodrome mais sans intérêt particulier à attaquer. Il était aussi très évident qu'un poste de tir anti-aérien allemand nous avait pris pour cible. Je mitraillai cette défense anti-aérienne allemand puis virai pour faire un second passage. C'est à ce moment que mon P-38 fut gravement touché au niveau du tableau de bord, le cockpit se remplit d'une épaisse fumée blanche et j'étais incapable de voir à l'extérieur de la verrière. Je tirai un peu en arrière le manche des commandes pour gagner de l'altitude et j'atteignit au-dessus de ma tête le système d'éjection d'urgence de la verrière. Lorsque la verrière fut larguée, les flammes remplirent immédiatement le cockpit et je n'eus pas d'autres choix d'évacuer l'avion et de sauter en parachute. Etant brûlé aux endroits non protégés, je n'eus pas le temps de respecter la méthode d'évacuation propre aux P-38, je me libérai moi-même et j'ouvris immédiatement mon parachute. Ce dernier se déploya correctement mais l'atterrissage fut brutal et je perdis connaissance un court instant. Lorsque je repris conscient, j'étais allongé dans un champ dont les récoltes étaient en train de pousser et mesuraient environ 25 cm de haut (10 pouces). Je levai la tête pour observer au-dessus de ces récoltes et je réalisa que l'armée allemande toute entière était autour de moi avec ses armes pointées sur moi. Les Allemands me dirent: "Pistol" et je réalisa qu'ils me demandaient mon arme. J'étais sans arme et blessé à la tête. Je tentai de me lever mais je n'y arrivai pas en raison d'une blessure. Deux soldats allemands me levèrent et me transportèrent dans leur batterie de tirs qui était composée de 4 canons de 88 mm. Les Allemands furent "civiques" (respectueux) et m'expliquèrent qu'après avoir été touché, mon avion fit un 360 degrés et que j'avais sauté en parachute juste au-dessus de leur batterie. Les Allemands me mirent une poudre sur mes brûlures, me donnèrent de la bière à boire puis me remirent à une unité de la police militaire installée semble t'il à Châteaudun".

Peu de temps après, je fus escorté par train à Paris et on me mit dans une grande prison de la ville (prison de Fresnes, sans doute). Je fus rejoint par le Lt John WITTGRIEVE de mon escadrille et Flight car il avait aussi été abattu. Nous sommes restés trois jours dans cette prison parisienne et nous avons été transporté en Allemagne, dans un camp de concentration, probablement le Stalag III à SAGAN".

Un civil français fut témoin de ce crash précisant qu'il se déplaçait en vélo au Nord de Châteaudun quand il vit un avion "deux queux" mitraillé par la D.C.A. allemande. Ses deux moteurs prirent feu, l'appareil passa sous la ligne de téléphone de Patay. Il vit également le pilote debout dans sa cabine. L'appareil toucha le sol et le rabotta pour s'arrêter en feu dans un champ, 300 mètres plus loin. Le pilote arriva à s'échapper de l'avion en feu et s'enfuit vers le Nord où les Allemands le capturèrent dans un petit bois. Ce témoignage diffère légèrement de celui du pilote mais il s'agit bien du même crash...

Lt Donald CHAPLIN

 

LE CRASH DES LT WITTGREVE ET WARNER

Dans les mêmes circonstances, deux autres P-38 du Flight (ceux des Lt WITTGREVE et du Lt WARNER) furent abattus au Nord de Châteaudun par les batteries anti-aériennes allemandes de Châteaudun.

Lt Clarence WARNER

Un document des autorités françaises de l'époque relatent ces faits:

 "Alerte à 10H18. A 10H38, trois avions de chasse américains à double fuselage passent en rase-mottes au-dessus de la partie Est de la ville de Châteaudun, après avoir mitraillé le camp d'aviation. D.C.A et mitrailleuses font rage. Immédiatement, un avion tombe en flammes, un second puis un troisième.

Le premier aviateur est tué, après avoir sauté en parachute; le deuxième est blessé et le troisième est prisonnier. Le premier avion a évité le centre de la ville en remontant en chandelle et décrivant un arc de cercle. Fin d'alerte à 11H50".

De toute évidence, les autorités françaises ont mélangé les informations car elles précisent que le "premier avion" évita le centre de la ville en faisant une montée en chandelle et décrivant un arc de cercle et que l'aviateur de cet appareil fut tué. Or, le point de chute du P-38 du Lt CHAPLIN se situe à l'extrême Sud de Châteaudun, fit également une chandelle pour pouvoir s'éjecter de l'avion mais ce dernier sortit indemne de ce crash.

Type d'appareil N° de série Code Nom du pilote Groupe Squadron  
P-38 J 42-68158 "N2-Z" Donald F. CHAPLIN 364th FG 385th FG Prisonnier
P-38 J 42-67258 "N2-?" Clarence B. WARNER 364th FG 385th FG Tué
P-38 J 42-28760 "N2-S" John W. WITTGREVE 364th FG 385th FG Prisonnier

 

UNE SECONDE ATTAQUE

Après le bombardement des installations ferroviaires de Troyes, un premier squadron, le 385th FS, se dirigea et attaqua le terrain d'aviation allemand de Châteaudun.  Un second Squadron, le 383th FS, prit alors la direction Nord et passa à proximité de Nogent-le-Roi. A cette endroit, les P-38 furent à nouveau pris pour cible non seulement par la D.C.A. allemande mais également par les chasseurs allemands. Trois autres P-38 (ceux du Lt SCRIVNER, du Lt OLSON et du Lt AMES) furent abattus dans la région Nord-Est de Nogent-le-Roi.

Type d'appareil N° de série Code Nom du pilote Groupe Squadron  
P-38 J 43-28425 "5E-N" Clarence F. SCRIVNER 364th FG 383th FG Prisonnier
P-38 J 42-68034 "5E-?" Leroy O. OLSON 364th FG 383th FG Prisonnier
P-38 J 42-67222 "5E-?" Vaud V. AMES 364th FG 383th FG Prisonnier

 

LE CRASH DU LT SCRIVNER

Voici le récit du Lt Clarence "Franck" SCRIVNER (du 29.01.1998): "Nous avons été à Troyes, en France. Notre chemin du retour se fit à 16.000 pieds. Cela était notre altitude préférée où l'on pouvait fumer une cigarette. KERIG était le leader de notre Flight avec OLSON en ailier. Je volais avec AMES comme ailier. Je pense qu'il était 10H30/10H45 quand quelqu'un dit "Little Friends (petits amis) dans les environs" et je n'eus le temps que de constater les explosions tout autour de moi. Je hurlai "FLAK". Puis le blindage de mon appareil fut touché. Je larguai mon réservoir de carburant supplémentaire et je poussai en avant le manche. Aussitôt, mes deux moteurs s'enflammèrent et la fumée commença à rentrer dans le cockpit. Je réalisai qu'il était temps pour moi d'évacuer mon P-38, je saisis le système d'expulsion de la verrière puis mon harnais de parachute. Je ne sais plus ce que j'ai fais, j'ai sans doute respecté les consignes de l'entraînement. A ce moment, les flammes rentraient dans le cockpit alors que j'y étais encore. Je protégeai mon visage du mieux possible avec mes jambes et un bras et, avec l'autre main, j'essayai de sortir de l'appareil pour sauter en parachute. Ce fut la dernière chose dont je me souvienne dans l'avion. Malgré tout, je m'éjectai de mon appareil. Après un court moment, je tentai de tirer sur une cordelette pour ouvrir mon parachute mais le parachute ne s'ouvrit car cette cordelette n'est pas la bonne. En cherchant rapidement, je trouvai une anse près de mon épaule droite, je l'atteignis et je la touchai à peine que le parachute s'ouvrit. Je suppose que je descendais trop rapidement car 4 ou 5 cordes cédèrent. Le principal était que cela tienne bon. Tout fut plus calme quand les armes arrêtèrent de tirer. C'était très calme et sans bruit. Je regardai autour de moi et surtout où j'allai atterrir. Il y avait une ville en dessous de moi, Dreux. C'était marrant de voir en dessous de moi un homme en bicyclette qui me regardait aussi. J'atterris vers le pont d'une ville et un rang de maison. Par chance, il y avait un champ libre à côté d'une maison et je tombai là de façon plutôt légère. Je me détachai de mon parachute et commençai à courir à l'opposé de  l'homme en bicyclette. Il s'arrêta en hurlant "Halten, Halten!" (Stop) et avait un pistolet  ("size of a "16" canon, 25 automatic"). Il m'emmena dans la maison d'un homme français après avoir chercher sur moi une arme. Il me prit mon zippo (briquet) et mes cigarettes. Dans la maison, le femme prit un couteau et coupa mes gants car ils avaient rétréci avec les flammes (dans l'avion). J'avais un peu de pommade dans mon kit médical et elle m'en mit sur mon visage, les mains, les bras et les poignets. A ce moment, j'eus soif et indiquai à la femme que j'aimerai boire. Elle m'apporta un verre de liquide clair. Je m'aperçus après qu'il s'agissait d'un verre d'alcool. Je bus trois verres pleins avant d'être satisfait. Puis, un camion vint me chercher pour m'emmener dans un centre de secour (hôpital?). Le calvados commença à faire son effet mais je réclamai quand même des soins médicaux. Après un long moment d'interrogation par les services allemands, un médecin allemand me donna des médicaments pour calmer mes brûlures. Après les avoir soigné, il banda mes yeux et mon visage d'un pansement. Je fus ensuite emmené où étaient OLSON ("OLE") et SCRIVNER ("VIC"). Nous étions fatigués et je ne pouvais manger.

Nous fumes séparés à ce moment et, de là, je fus transporté à l'hôpital où des docteurs me soignèrent. L'ensemble de mes deux mains était cloqué. Ils me perçaient mes cloques au lieu de les hydrater. Je tombai dans les pommes à ce moment. Je revins à moi quelques jours après. Les docteurs me levèrent et enlevèrent mes bandage au visage. Je ne pouvais plus voir. Je crus que j'étais devenu aveugle mais les docteurs décollèrent mes paupières avec leurs doigts. Le liquide avait collé mes paupières ensemble. Ils ne firent plus de bandage et me dirent: "c'était meilleurs dans les airs!". Puis, ils m'emmenèrent dans un hôpital à Paris".

Après avoir été soigné, Clarence SCRIVNER passa le restant de la guerre dans le Stalag III à Sagan (Allemagne), séparé de ses camarades OLSON et AMES (prisonniers dans le même camp mais installés dans des zones différentes).

 Lt Clarence SCRIVNER

LE CRASH DU Lt AMES

Voici le récit du Lt Vaud AMES (du 26 Juin 1997): " Le Capitaine G. F. CEULERS menait le 383ème FS et mon Flight (Flight "jaune") était commandé par le Captaine John KERIG à cette date. Notre mission consistait à escorter des bombardiers lourds (B-24) aller et retour de notre base jusqu'à TROYES. Nous eûmes notre briefing précisant que cette mission serait un "Milk-Run" (mission facile). A retour, nous fûmes rejoins par des P-51 et mon flight fut libéré de sa mission. Cependant, mon Flight (de 4 P-38) principalement fut attaqué aussi bien par des chasseurs ennemis que par la D.C.A.

Je me rappelle que nous avons reçu un contact radio précisant que ces Fw-190 était des "avions amis". Je me souvient avoir vu un Fw-190, ou en prendre conscience, quand je reçus le feu de ses canons, endommageant les commandes de mon appareil et le feu prit naissance dans le cockpit. Immédiatement, je pris la décision d'évacuer au mieux le P-38. Je ne contrôlais plus l'avion du fait de ses dommages. Je sautai le plus haut possible et j'espérai éviter les deux queux de mon appareil. L'éjection s'effectua sans incident excepté quelques légères brûlures.

Après avoir évacué mon P-38 endommagé, je touchai terre en atterrissant dans un arbre, quelque part près de Rambouillet. Je fus capturé par les soldats allemands et emmené à Rambouillet pour un interrogatoire.

Après, je sus que trois P-38 de mon Flight furent abattus par ses Fw-190. Le leader du Flight continua à voler sans réaliser que son Flight avait été perdu dans sa totalité, Leroy OLSON, Franck SCRIVNER et moi-même. Nous trois fûmes réunis au Stalag III en Allemagne. La plupart du temps, Olson et moi avons partagé les mêmes souffrances dans ce camp de prisonniers de guerre. Nous sommes restés en contact des années juqu'à ce qu'Olson disparaisse en 1995. SCRIVNER et moi restons en contact chaque année pour notre anniversaire du 25 Mai".

Lt Vaud AMES

 

Lt Leroy OLSON

 

LA VERSION ALLEMANDE

Les archives allemandes du 25 Mai 1944 révèlent que les P-38 du 383th FS furent pris en chasse par les Fw-190 du 3./JG2 à 10H30 au-dessus de la région "Evreux-Dreux". En voici le détail:

Heure Pilote allemand Escadrille Avion abattu Lieu
10H15 Fw Hans HAAS 3./JG2 B-24 Ouest de Paris
10H30 Fhr Erwin SCHILLER 3./JG2 Boston 5Km Est de Dreux
10H30 Lt Wolfgang FISCHER 3./JG2 P-38 Evreux-Dreux
10H31 Fw Hans HAAS 3./JG2 P-38 Evreux-Dreux
10H31 Fw Hans HAAS 3./JG2 P-38 Evreux-Dreux
10H31 Uffz Franz THIEL 3./JG2 P-38 Evreux-Dreux

 

 

 

 

 

 

copyright 2003