PAGE D'ACCUEIL LE CRASH DU HEINKEL 177

Recherches des lieux de crash:

. Par canton

. Par date

. Par nationalité

. Par pilote

Les histoires des mois précédents

La résistance en Eure-et-Loir

Les crash non identifiés

Liens

La vie de l'association

Contact

Recherches de témoignages et dons

.

.

..

..

.

.

..

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

L'EQUIPAGE DU HEINKEL 177

Cette tragique histoire s'est déroulée le 5 Mars 1944 sur la base aérienne de Châteaudun alors occupée par la Lufwaffe. Il est 15H20, l'équipage du Heinkel 177 Nr 332214 appartenant au 1./KG100 s'apprête à décoller sans mission particulière seulement un vol de routine afin de tester une aile qui venait d'être remplacée sur l'appareil.

Les membres de cet équipage étaient:

Pilote:

Lt

WERZER Wilhelm

29 ans

Opérateur-radio:

Uffz

SCHLÔGL Kolomann

25 ans

Mécanicien:

Uffz

BIRKENMAIER Gustav

26 ans

Mitrailleur:

Uffz

ZWIESELSBERGER Alfred

21 ans

Mitrailleur:

Uffz

KERES Josef

22 ans

Mécanicien

Fwd

BREITSAMETER Georg

31 ans

Lt Wilhelm WERZER

L'ATTAQUE DU HEINKEL 177

Il est 15H28, le feu vert pour le décollage vient d'être accordé par la tour de contrôle. Lentement, le Heinkel 177 s'arrache de la piste et commence à prendre de l'altitude.

Au même instant, un chasseur britannique Mosquito du 613ème Squadron de la Royal Air Force piloté par l'as anglais, le Wing Commodore J.D.R. BRAHAM et son navigateur, le Lt W.J. GREGORY, patrouille dans le même secteur et remarque le Heinkel 177 en train de décoller.

Bob BRAHAM (blond) et Sticks GREGORY (brun)

Le pilote du Mosquito prend aussitôt de l'altitude afin de s'assurer que le Heinkel n'est pas suivi par des chasseurs d'escorte de type Me-109 ou Fw-190. Il n'en est rien de cela, Bob BRAHAM va donc faire demi-tour et passer en rase-mottes au-dessus de la base et des positions de Flak qui, à sa grande surprise, ne réagissent pas. Il y a même des servants qui lui font des signes avec les bras. "Peut-être pensaient-ils que nous étions des leurs, rentrant de mission" dira Bob BRAHAM.

Le Mosquito est maintenant à une altitude d'environ 1000 pieds et finit son demi-tour au-dessus du terrain d'aviation de Châteaudun pour venir se placer juste derrière le Heinkel. Sa proie est maintenant à portée de tirs, quelques rafales de 20 mm et de calibre 303, puis l'anglais dégage rapidement. Le Heinkel est touché à mort et vient s'écraser à seulement 4 km au Nord de la piste dans une formidable explosion. Il est alors 15H30.

Aucun des membres de l'équipage ne survivra au crash. Leurs funérailles auront lieu 3 jours plus tard dans le cimetière de Châteaudun en présence du Commandant Allemand de la base, l'Oblt Kurt MAIER, ainsi qu'une garde d'honneur. 25 couronnes seront déposées sur leurs tombes. Relévés en Mars 1959, les 6 corps reposent désormais dans le cimetière militaire allemand de Saint-André-de-l'Eure (27).

Photographies de l'inhumation du 8 Mars 1944

LA VIE DU Lt WERZER:

L'Association Forced Landing a pu, grâce à la veuve du pilote reconstituer ce que fut la vie de son mari. Wilhelm WERZER est né le 28 Mai 1915 à Villach, en Autriche, fils d'un directeur d'école, il suivra brillament ses études. Grand sportif, il aimait la nature et la chasse. En 1938, WERZER opta pour une carrière militaire. Ayant de grandes dispositions pour le ski, il se trouva affecté dans un régiment de chasseurs de montagne. Peu après l'entrée en guerre de son pays, un changement radical intervint puisqu'il s'engagea dans la toute nouvelle Luftwaffe. Il y passa son brevet de pilote qu'il obtiendra le 27 Décembre 1940. En 1942, il se trouva en Russie où il effectua 117 missions de bombardement à bord de son Heinkel 111. En 1943, il est de retour en Allemagne sur la base de Lechfeld o^il sera promu lieutenant et obtiendra son affectation au groupe de bombardement 100 ("KG 100").

En février 1944, son unité va être transférée à Châteaudun. Brillant pilote, WERZER était très apprécié par ses hommes. Il était titulaire de la croix de fer de 1ère classe du brevet de pilote de bombardier en or et de la coupe d'honneur de la Lutwaffe décernée par le Reichmarschall H. GOERING. WERZER épousera en 1943 ILFREIDE et le 13 Mai 1944 naîtra la petite ILSE qu'il ne connaîtra jamais.

copyright 2003