PAGE D'ACCUEIL LE RESEAU PICOURT

Recherches des lieux de crash:

. Par canton

. Par date

. Par nationalité

. Par pilote

Les histoires des mois précédents

La résistance en Eure-et-Loir

Les crash non identifiés

Liens

Contact

Recherches de témoignages et dons

 

Mr PICOURT, UN RESISTANT DE LA 1ère HEURE

Mr Raymond PICOURT était un pharmacien installé au 15, Avenue Jehan de Beauce à Chartres en 1944 et, malgré lui, son nom fut mêlé à une triste histoire de trahison de la part de deux autres résistants. Voici cette histoire...

Mr PICOURT naquit au Treport en Octobre 1900 et s'établit à Chartres comme pharmacien en 1934. Il fut mobilisé en 1939 et 1940 contre l'invasion allemande et devint Lieutenant. Après la défaite française en Juin 1940, il fut démobilisé en Août 1940 et reprit son activité professionnelle. Patriote, Mr PICOURT décida de continuer son combat contre les Allemands mais, cette fois-ci, dans l'anonymat: il devint un agent secret de renseignement du Général de Gaulle (agent secret N°S RNX/1281) et devint également membre d'un réseau d'évasion. En effet, il se chargea de trouver les aviateurs alliés tombés en Eure-et-Loir et de les guider jusqu'à Paris où d'autres membres se chargaient de rapatrier les aviateurs en Angleterre soit directement à partir des côtes normandes et Bretonnes soit à partir de Gilbraltar en traversant bien souvent les Pyrénnées à Pied.

LA MISE EN PLACE DE SON RESEAU D'EVASION

Le premier aviateur qu'il aida était le Sergent Timothee HAY (bombardier un Lancaster du 61 Squadron crashé près de Chartres dans la nuit du 15 au 16 août 1944). Il fut caché 12 jours au sein de la famille PICOURT. Au même moment, il recueillit également un lieutenant américain (Lt Léonard FINK) tombé dans la forêt de Rambouillet.

Parmi ses voisins âgés, Mr PICOURT connaissait une vieille dame de confiance dénommée TRENOY qu'il visitait tous les jours et, avec qui, il entretenait une amitié forte. Cette dame avait une unique fille de 38 ans, Mme ORSINI. Mr PICOURT se confia rapidement à Mme TRENOY, lui avouant la présence de deux aviateurs alliés cachés chez lui. Comme toutes bonnes vieilles dames, elle ne put s'empêcher d'en parler à sa fille qui découvrit l'activité clandestine de M. PICOURT. Mme ORSINI (une rousse qui sera appelée par les aviateurs "la femme aux cheveux rouges") proposa alors ses services à Mr PICOURT qui accepta.  Cette dernière connaissait préalablement, M. PORTE, un policier originaire de Chartres qui avait travaillé contre les Allemands et qui avait dû se réfugier à Paris. M. PORTE vint alors à Chartres chercher son premier aviateur (le Sergent Timothee HAY) et Mme ORSINI se chargea d'emmener en train à Paris le second aviateur, le Lieutenant Léonard J. FINK (matr. 07966510).

Une longue période s'écoula sans chute d'avions en Eure-et-Loir vers Fin 1943 mais le 07 Janvier 1944, sept aviateurs survécurent à un crash vers Orgères-en-Beauce. Il s'agissait des Lt Royce SMITH, Robert HIRSCH, Duane STRAYER, TACKRAY, les sergents Relius NOBLES, Edward GILBERT et William DONLEY. Mme ORSINI étant introuvable à ce moment, Mr PICOURT emmena personnellement ces aviateurs à Paris.

Quelques temps après, deux aviateurs américains (Lt GLAZE, navigateur et Sgt Warren COLE) arrivèrent de Hollande pour gagner Gilbraltar. Mr PICOURT les cacha durant un mois à Chartres puis ils furent envoyés à Toulouse par l'intermédiaire d'un autre résistant, Mr LECLERC, employé des chemins de fer à Orléans.

LE NOUVEAU RESEAU D'EVASION

Très rapidement, Mr PICOURT reçut ensuite un nouvel équipage à envoyer vers l'Espagne. Les aviateurs étaient le Lt Jessee HAMBY, le Sgt Simon COHEN et le Sgt Pudna JOHNNIE. Impatient, le Lt HAMBY partit seul sans l'aide du réseau d'évasion. Les autres furent cachés 15 jours chez Mr PICOURT puis emmenés à Orléans en bicyclette chez Mr LECLERC à Orléans. Malheureusement, la maison de Mr LECLERC où étaient cachés les deux aviateurs américains fut bombardée et Mr LECLERC ne put plus cacher les évadés alliés. Mr PICOURT trouva un nouvel aviateur, le Lt James FIELDS (pilote de P-47) qu'il dut alors cacher chez lui durant un mois.

Mme TRENOY, la voisine, décéda (de vieillesse) et Mme ORSINI vient quelques temps s'occuper du "BUFFET HOTEL" de la gare de Chartres. Mr PICOURT n'eut pas d'autres choix que de demander l'aide de Mme ORSINI. Toutefois, entre temps, M. PORTE fut arrêté par la Gestapo. Il fallait désormais trouver une nouvelle filière d'évasion. Mr PICOURT et Mme ORSINI allèrent ensemble à Paris rencontrer un homme (sans doute M. HENRY) spécialisé dans les évasions par les Pyrénées (Réseau Comète).

Ainsi, Mme ORSINI se chargeait désormais de transporter en train les aviateurs du Réseau Picourt et de les remettre à M. HENRY à Paris.

LA TRAHISON...

Par l'intermédiaire de M. HENRY, Mme ORSINI fit la connaissance d'un certain "JEAN-JACQUES", âgé de 28 ans, qui avait un accent belge. Il semble que M. HENRY ait été arrêté par la Gestapo et que le nom de Mme ORSINI ait été découvert dans le carnet du résistant. M. HENRY fit des révélations complètes donnant tous les détails. Il fut remis en liberté sous réserve qu'il permette à un agent double d'infiltrer le Réseau PICOURT en le présentant à Mme ORSINI comme étant un membre actif d'un réseau d'évasion. Ce redoutable agent double était Jean-Jacques DESOUBRI qui réussit à infiltrer et éliminer le Réseau Comète quelques mois auparavant.

Durant les mois qui suivirent, ce fameux "Jean-Jacques" et Mme ORSINI vinrent ensemble de Paris à Chartres en voiture pour prendre en charge les aviateurs recueillis par Mr PICOURT dans l'Eure-et-Loir. Mr PICOURT ne connaissait pas cet homme mais, compte tenu de l'efficacité (apparente) du réseau d'évasion, il lui présenta peu à peu les résistants d'Eure-et-Loir à savoir Mr VAUVILLIERS, boucher à Saint-Piat, Madame FOREAU, Mr LECUREUR, agriculteur à Orgères et d'autres encore...

Ainsi, une cinquantaine d'aviateurs furent remis à Jean-Jacques et à Mme ORSINI durant les mois de Juin et Juillet 1944 afin qu'ils soient acheminés sur Paris pour regagner l'Angleterre, via l'Espagne et Gilbraltar.

Le 30 Juin 1944, la maison de Mr PICOURT fut bombardée par les alliés en raison de sa proximité avec la gare de Chartres et il se relogea à Barjouville. Le 4 Juillet, Jean-Jacques et Mme ORSINI vinrent chercher Mr PICOURT à Barjouville afin de récupérer des aviateurs américains à Orgères-en-Beauce et revinrent à Barjouville le 9 Juillet pour uniquement venir "à la pêche aux nouvelles".

Au début du mois de Juillet 1944, désormais installés à Chartres, Mme ORSINI quitta son mari pour retourner à Paris. Il était évident que "JEAN-JACQUES" était devenu son amant, entre temps... Toutefois, Mr ORSINI était un homme très jaloux, très violent et très suspicieux, ce qui souleva des inquiétudes au sein du réseau "PICOURT".

Le 24 Juillet 1944, Jean-Jacques vint seul chercher des aviateurs en voiture à Barjouville mais il parut découragé et précisa que Mme ORSINI était victime d'une grave crise d'appendicite et que la Gestapo avait arrêté 17 membres du réseau d'évasion. Ce fut la dernière fois que Mr PICOURT vit Jean-Jacques. Nous savons qu'en réalité, Mme ORSINI n'était pas malade mais gravement blessée après que Jean-Jacques lui ait tiré dessus à coup de révolver. Semble t'il, fin Juillet 1944, Mme ORSINI assista à une arrestation d'un résistant du Réseau HUNTER (Guy MOREAU) par la Gestapo en présence de Jean-Jacques DESOUBRI et elle comprit que ce dernier était un agent double qui livrait les aviateurs et des noms de résistants à l'ennemi. Elle tenta de s'enfuir mais son compagnon l'empêcha en lui tirant dessus. Elle fut ensuite hospitalisée dans une clinique de Neuilly jusqu'à la libération.

En début août 44, un bruit courut que Mr PICOURT était soupçonné par le chef de la milice d'Eure-et-Loir et il quitta Barjouville pour se cacher chez un ami à Villebon. Il apprit que quatre aviateurs l'attendaient à Orgères-en-Beauce. Il alla les chercher et les ramena à Villebon. Ces aviateurs étaient le Commandant J. MacDONALD (C 890 RCAF), William CALDERWOOD (RAF, matr. 162625), Alexander BALFOUR (matr. 1021030, RAF) et Bernard JUSTASON (matr. 174951, RCAF). Mr PICOURT et ses quatre aviateurs restèrent à Villebon jusqu'à la libération de la région pour les troupes terrestres américaines.

Lors de l'absence de Mr PICOURT à Barjouville (caché à Villebon), Jean-Jacques se manifesta une dernière fois auprès de Mme PICOURT, le 8 Août 1944. Connaissant Jean-Jacques comme étant un résistant efficace, Mme PICOURT précisa qu'un aviateur américain était caché à Chartres et qu'il fallait aller le récupérer. Il s'agit alors du Sgt James BOZARTH (matr. 37536354). Mme PICOURT demanda également que les aviateurs de Villebon soit emmenés mais Jean-Jacques répliqua qu'il était inutile de récupérer ces aviateurs car les forces américaines allaient bientôt libérés la région. Jean-Jacques fut vu une dernière fois par Mme Veauvilliers à Saint-Piat le 10 Août dans sa voiture avec 4 homme "au regard méchant".

De toute évidence, le dénommé "Jean-Jacques" craignait l'arrivée des troupes américaines et la disparition de Mme ORSINI sembla curieuse.

L'APRES-GUERRE

Comme bien souvent, l'après-guerre fut synonyme de "règlement de compte" et l'épuration fit son oeuvre. Lors de la libération du camp allemand de BUCHENWALD, des aviateurs alliés furent libérés et racontèrent leur histoire aux autorités. Très vite, il fut rendu public que deux membres du réseau PICOURT avaient délibérément livré environ 50 aviateurs alliés à la Gestapo à Paris. Une enquête fut menée et la vérité éclata: Un certain "Jean-Jacques" et une femme aux cheveux rouges (Mme ORSINI) étaient les traites du réseau d'évasion PICOURT. Ces derniers se voyaient remettre à Chartres, en toute confiance, les aviateurs qu'il fallait remettre à d'autres résistants à Paris afin de les guider ensuite vers l'Espagne. Au lieu de cela, les deux compères partaient bien pour Paris avec leurs "passagers" mais les remettaient immédiatement à la Gestapo.

En raison de la guerre, le chef du Réseau PICOURT ne sut jamais si les aviateurs arrivaient bien à destination, ce qui ne souleva donc aucun soupçon.

Le fameux Jean-Jacques, de son vrai nom "Jean-Jacques DESOUBRI" était un électricien belge habitant à la frontière France/Belgique, près de Tourcoing, fils illégitime d'un médecin. Il rejoignit le réseau d'évasion "COMET" en Avril 1943 comme guide sur la ligne Bruxelle-Paris et offrit immédiatement ses services à la Gestapo comme informateur. Immédiatement, le réseau COMETE fut démantelé. Formellement identifié après la libération, on estima qu'il livra environ 150 aviateurs à la Gestapo (dont une cinquantaine provenant d'Eure-et-Loir).

Jean-Jacques DESOUBRI

Finalement, Jean-Jacques DESOUBRI fut capturé par les autorités américaines en Allemagne (à Augsbourg) en 10 Mars 1947 et remis à la justice française pour être jugé en Juillet 1949. Condamné à mort, il sera fusillé dans les fossés du Fort de Montrouge (près de Paris) le 20 Décembre 1949 à 08H34. Ses dernières paroles seront: "Heil Hitler!".

Pour ce qui est du traitement de Mme ORSINI, elle sera jugée par la justice française en Mai 1946 et sera acquittée, faute de preuves... .Traître ou pas traître? Nul ne le sait...

 

LE NOMS DES AVIATEURS DU RESEAU PICOURT

Nom de l'aviateur Matricule Date de crash Lieu de crash Nationalité Groupe Trahi?
Sgt Thimothy HAY   15/16.08.1944 Chartres RAF 61 Sqd Non
Warren COLE     Hollande USA   Non
Lt CLAZE     Hollande USA   Non
Sgt Simon COHEN     Arras     Non
Lt Jesse HAMBY     Arras     Non
Sgt Pudna JOHNNIE     Arras     Non
Lt Robert HIRSCH   07.01.1944 Orgères USA 389th BG Non
Lt Francis G. TACKRAY 0-799270 07.01.1944 Orgères USA 389th BG Non
Lt Dware C. STRAYER 0-732121 07.01.1944 Orgères USA 389th BG Non
Sgt Relius J NOBLES 1410896 07.01.1944 Orgères USA 389th BG Non
Sgt Edward J GILBERT 31270409 07.01.1944 Orgères USA 389th BG Non
Sgt Royce SMITH   07.01.1944 Orgères USA 389th BG Non
Sgt William J. DONLEY 32610846 07.01.1944 Orgères USA 389th BG Non
Lt James H. SMITH 0-6982934 07.01.1944 Brou USA 93th BG Non
Sgt John P. HANSON 35518092 04.02.1944   USA 38th BG  
CHALOT   11.03.1944 Hollande USA 355th FG Non
Lt James FIELDS   27.03.1944 Est de Gallardon USA 56th FG Non
Major Bud MAHURIN   27.03.1944 Allonnes USA 56th FG Non
Lt James LAING   28.04.1944 E. d'Illiers-Combr. USA 352nd FG Oui
Sgt Harold OWENS 15332158 11.05.1944 Est de Châteaudun USA 487th BG Oui
2nd Lt Walter L. WRIGHT 0744006 26.05.1944 S.E. de Chartres USA 387th BG Oui
Lt Neil G. BARTHOLOME 0-677649 26.05.1944 S.E de Chartres USA 387th BG Oui
F/O Stanley BOOKER 51872 02/03.06.1944 Eure RAF 10 Sqd Oui
Sgt John OSSELTON 1892507 02/03.06.1944 Eure RAF 10 Sqd Oui
Sgt PULBROOK Lisle J 430299 02/03.06.1944 Dannemarie (78) RAAF 466 Sqd Oui
Sgt Frank LAROCCA 31263517 04.06.1944   USA 84th BG  
Ralph EISENACH 0-761417 04.06.1944   USA 384th BG  
A.R. TARLTON 152311 07/08.06.1944 Mantes-la-Jolie RAF 115 Sqd Oui
A.C. NOBLE 1575695 08.06.1944 N.E. Chartres RAF 640Sqd Oui
I.L. HORLER 1316267 08.06.1944 N.E. Chartres RAF 640Sqd Oui
Harold BASTABLE   08.06.1944 N.E. de Chartres RCAF 640 Sqd Oui
Lt James HASTING   08.06.1944 Nord de Dreux USA 361st FG Oui
F/O Edgard JACKSON 151741 10/11.06.1944 Tillières-sur-Avre RAF 75 Sqd Oui
Lt Robert HOFFMANN 0-758172 23.06.1944 Est de Voves USA 55th FG Oui
Sgt W. MARSHALL   04.07.1944 Orléans RAF 12 Sqd Oui
John HARVIE   05.07.1944 Sud de Dreux RCAF 433 Sqd Oui
Lt SCULLION G-25951 05.07.1944 Ouest de Chartres RCAF 433 Sqd Oui
Leo GRENON   05.07.1944 Ouest de Chartres RCAF 433 Sqd Oui
Stan HEATHERINGTON   05.07.1944 Ouest de Chartres RCAF 433 Sqd Oui
Sgt WATMOUGH 1873536 05.07.1944 Ouest de Chartres RCAF 433 Sqd Oui
David HIGH   04/05.07.1944 Chartres RCAF 419 Sqd Oui
H. ATKINS 68348 04/05.07.1944 Est d'Auneau RCAF 427 Sqd Oui
John MacDONALD c.890 26.07.1944 S.E.de Châteaudun RCAF 432 Sqd Non
F/O William CALDERWOOD 162625 26.07.1944 S.E.de Châteaudun RCAF 432 Sqd Non
Sgt Alexander BALFOUR 1021080 26.07.1944 S.E. de Châteaudun RCAF 432 Sqd Non
Sgt Bernard JUSTASON R-174951 26.07.1944 S.E.de Châteaudun RCAF 432 Sqd Non
Sgt James W. BOZART 3753654 01.08.1944 Maintenon USA 401st BG Oui
Lt Léonard J. FINK 0-796510     USA    
Kevin W. LIGHT 402447     RAAF   Oui
J. H. GRINMETTE 16318325         ?
Sgt Johnnie PUDKA           ?
Sgt George SCOTT 355429     USA   Oui
Sgt HORRIGAN ROY 14079690         ?
Sgt MARSHALL 10479696     RAF   Oui
F/O REVISH SMITH           ?
Sgt Robert G. HANGER           ?

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

copyright 2003