PAGE D'ACCUEIL LE RAID DU 07 JANVIER 1944

Recherches des lieux de crash:

. Par canton

. Par date

. Par nationalité

. Par pilote

Les histoires des mois précédents

La résistance en Eure-et-Loir

Les crash non identifiés

Liens

La vie de l'association

Contact

Recherches de témoignages et dons

..

LA MISSION DU JOUR

Le 07 Janvier 1944, la 8ème Air Force envoya 420 quadrimoteurs bombarder la ville de Ludwigshafen en Allemagne. Ces bombardiers appartenaient aux 1ère et 3ème Bomber Division (351 Forteresses volantes B-17) et au 2ème Bomber Division (69 Libérators B-24).

Les Libérators de la 2ème Bomber Division venaient de 5 Bomber Group différents:

- 93ème Bomber Group qui perdit trois appareils (2 écrasés en France et un posé et interné en Suisse).
- 389ème Bomber Group basé à Héthel (Angleterre, près de Norwich) qui perdit 4 appareils écrasés en France.
- 392ème Bomber Group (aucune perte)
- 445ème Bomber Group (aucune perte et commandé par le célèbre acteur James Stewart)
- 446ème Bomber Group (aucune perte)

L'ATTAQUE DES CHASSEURS ALLEMANDS

 Après avoir bombardé la ville de Ludwigshafen avec succès, les bombardiers américains prirent le chemin du retour. Toutefois, à leur passage au dessus de Chateauneuf-sur-Loire entre 13H00 et 13H30, les B-24 du 389ème BG et du 93ème BG furent pris pour cible par des chasseurs allemands du JG2 de type Fw-190. Cette attaque entraîna la chute de 5 B-24 entre VRIGNY (Loiret) et UNVERRE (Eure-et-Loir), sans perte pour les Allemands. Les deux premiers bombardiers furent abattus au-dessus du Loiret (VRIGNY et TRAINOU) puis trois autres furent abattus en Eure-et-Loir.

 

LE CRASH DE BAZOCHES-LES-HAUTES

Le B-24H-1-FO du 389ème BG, 565th BS fut le troisième bombardier abattu près d'Orgères-en-Beauce. Cet appareil portait le nom de "Blunder Bus" et le N° de série 42-7593. Son équipage se composait de la façon suivante:

Pilote SMITH Royce E. 2ème Lt   Prisonnier
Co-pilote HIRSCH Robert H. 2ème Lt   Prisonnier
Navigateur STRAYER Duane C. 2ème Lt 0-732121 Prisonnier
Bombardier SMITH Revis L. S/Sgt   Evadé
Mécanicien DILLON James Jr   35637059 Tué
Radio-opérateur TACKRAY Francis G. Lt 0-799270 Tué
Mitrailleur DONLEY William J. Sgt 32610846 Prisonnier
Mitrailleur NOBLES Relius Sgt 1410896 Prisonnier
Mitrailleur GILBERT Edward J. Sgt 31270409 Prisonnier

Equipage du B-24 "BLUNDER BUS" Nr 42-7593

Un premier compte rendu des autorités françaises de l'époque (Commissariat de Chartres) précisa que 6 aviateurs sautèrent en parachute de cet "avion anglais" (erreur commune à l'époque...).

Un second rapport de la gendarmerie de Châteaudun daté du 08 Janvier 1944 ajouta qu'un de aviateurs américains fut découvert blessé et capturé par les soldats allemands. Ce blessé fut conduit immédiatement à l'hôpital de Châteaudun pour y être soigné.

Le corps de James DILLON fut retrouvé dans la carlingue de l'avion et fut inhumé le 10 Janvier suivant au cimetière Saint-Chéron à Chartres (Section 60 N°15).

Ainsi, le premier bilan fit ressortir un tué, un prisonnier blessé et 8 évadés.

La tentative d'évasion des survivants

Nous retrouvons la trace des évadés quelques jours plus tard grâce au Réseau d'évasion Picourt. En effet, les aviateurs américains furent pris en charge par des habitants d'Orgères-en-Beauce appartenant à la résistance locale.

Résistants Aviateurs recueillis Remis à
Mr DE LAUBERT Edward GILBERT Réseau Picourt
Mr et Mme CHAUVIN

(gardes-barrière à Orgères)

Relius NOBLES, Dware STRAYER, Robert HIRSCH, Edward GILBERT, Mr PICOURT, Mr LECUREUR ou Mme ORSINI
Mr Camille GARET

(cafetier Rue Soleil d'Or Chartres)

Relius NOBLES et STRAYER Réseau Picourt
Mme VAUVILLIER

(Bouchère à St-PIAT)

Robert HIRSCH  
Mr et Mme LECUREUR

(agriculteur à Orgères)

Relius NOBLES, Dware STRAYER, Francis TACKRAY, William DONLEY, Robert HIRSCH, Edward GILBERT Réseau Picourt
Mr Henri BOUQUET

(cheminot à Mainvilliers)

Francis TACKRAY Réseau Picourt

Mr PICOURT alla "récupérer" 6 des 7 aviateurs évadés à Orgères-en-Beauce (STRAYER, HIRSCH, TACKRAY, NOBLES, GILBERT et DONLEY) et fut appelé pour "prendre livraison" du 7ème aviateur au Gault-Saint-Denis. Avec l'aide d'un autre homme partisan du Général De Gaulle, Mr PICOURT emmena les 7 aviateurs à Paris en train afin de les remettre à un autre réseau d'évasion qui les acheminera ensuite vers Gilbraltar où ils devaient regagner l'Angleterre.

Malheureusement, la traversée des Pyrénées se passa mal et une avalanche emporta TACKRAY ainsi que les quatre accompagnateurs. Le restant du groupe fut fait prisonnier par les Allemands avant la frontière.

 

LE CRASH DU B-24 DE BOUVILLE

 Le B-24D-125-CO (N° de Série 42-41013) de la 389ème BG, 566th Bomber Squadron fut le 4ème B-24 abattus et avait à son bord 11 aviateurs:

Pilote Capt WILHITE David L. matr.0-405475 Tué
Co-pilote Major CALDWELL Kenneth M. matr.0-1699045 Tué
Co-pilote 1er Lt DAILY Wendall L. matr.0-740760 Tué
Navigateur 1er Lt ROODMAN Harold matr. 0-796603 Tué
Bombardier 1er Lt McCONNEL James J. matr. 0-734945 Tué
Mécanicien T/Sgt SAUNDERS Harold L. matr. 34350273 Tué
Radio-opérateur T/Sgt FLATTER Samuel F. matr. 35406134 Tué
Ball/tunnel Sgt SWEATT Robert H. matr. 38124585 évadé
mitrailleur S/Sgt SNYDER Max J. matr. 39243194 Tué
mitrailleur S/Sgt DEWITT Charles O. matr. 324665122 Tué
Tail S/Sgt CAPLINGER Georges R. matr. 15318621 Tué

Rang du fond (de gauche à droite): Same FLATTER, James Mc CONNEL, Lt HARRY, Capitaine WILHITE, Rudy SALTIES, Harold SAUNDERS

Rang de devant (de gauche à droite): Charles DENNY DEWITT, Max SNYDER, Roger CAPLINGER, Robert SWEATT.

B-24 "TROUBLE" Nr 42-41013

Le bombardier dénommé "TROUBLE" et piloté par le Capitaine WILHITE fut attaqué par des Fw-190 lance-rocket à environ 21.000 pieds d'altitude et deux projectiles touchèrent l'avion, l'un dans le cockpit, l'autre dans l'aile droite. L'avion s'enflamma et quitta sa formation.

Seuls Robert SWEAT, Wendall DAILY et un troisième aviateur non identifié purent évacuer leur avion et sauter en parachute. Robert SWEAT était à demi-sorti par une fenêtre du bombardier quand celui-ci explosa et il en fut éjecté. D'après cet aviateur, son co-pilot Wendall DAILY fut exécuté par les Allemands avant de toucher le sol.

Major Ken CALWELL

L'EVASION DE ROBERT SWEAT

 Robert SWEATT attendit un mile avant d'ouvrir son parachute mais il fut blessé à la veine jugulaire. Il fut immédiatement recueilli par un habitant de Bouville qui travaillait à proximité de son point de chute. Les récentes recherches ont permis de déterminer que Robert SWEATT avait atterri quelques centaines de mètres avant le crash de son appareil. Le français lui remit des vêtements de civil et le cacha rapidement dans un tas de fumier alors que les Allemands arrivèrent nombreux pour capturer les éventuels survivants au crash. Il ne fut pas découvert et les Allemands repartirent après avoir emporter dans des cercueils les corps calcinés restés dans la carlingue. Une fois en sécurité,  l'aviateur fut soigné par un docteur des environs. Il fut ensuite transféré à Paris suivre la ligne "Bonaparte" et regagna l'Angleterre le 23 Mars 1944 ( voir Réseau Shelburn).

L'INHUMATION DES CORPS

D'après les autorités françaises de l'époque, on compta dans un premier temps deux morts. Finalement, le jour même, les fouilles des décombres fumantes de l'appareil ont mis en évidence la présence de 7 corps. Jusqu'à aujourd'hui, personne de la commune ne savait où étaient partis les corps des aviateurs. Or, nous savons désormais que ces derniers furent inhumés le 10 Janvier 1944 au cimetière Saint-Chéron de Chartres dans les sections 60 et 61.

Le 17 Janvier 1944, deux nouveaux corps non identifiés furent découverts et inhumés au cimétière de Saint-Chéron de Chartres.

Le 12 Mars 1944, à 10H00, Mr BROUTIN, journalier au bourg de Bouville découvrit un cadavre non identifié d'un aviateur américain dans un bois de sa commune. Ce corps était l'un des aviateurs du B-24 tombé le 07 Janvier 1944 à Bouville, sans doute le troisième parachutiste non identifié.

L'ensemble des corps des aviateurs furent exhumés après la guerre pour rejoindre leurs camarades dans les cimetières américains de Normandie (St-Laurent-sur-MER) ou de Belgique (Neupre).

Robert SWEAT fut le seul survivant de cette tragédie et il vit toujours aux USA, au TEXAS.

MACR

 

LE CRASH D'UNVERRE

Le dernier bombardier abattu fut le B-24 N° 42-40990 du 93ème BG, 328th BS tombé à Unverre, près de Brou. Il portait le nom de "ON THE BALL". La mission de ce B-24 était de bombarder la ville de Mannheim près de Ludwigshafen pour bombarder les usines KRUPP. La route prévue pour aller et le retour était un passage à 150 Km au Nord de Paris. L'aller se passa normalement mais le retour imposa de dévier la route des bombardiers qui passèrent finalement au Sud de Paris.

Son équipage était le suivant:

Pilote WALTERS Charles W. Lt 0-797208 Evadé
Co-pilote BICKLEY J. M. 2ème Lt 0-745039 Evadé
Navigateur SMITH Harmon Jr. 2ème Lt 0-801042 Evadé
Bombardier GEORGES Jack D. 2ème Lt 0-729463 Evadé
Mécanicien DEL GUIDICE Louis E. T/Sgt 31168760 Evadé
Radio-opérateur HITE Carl E. Sgt 15330283 Evadé
Mitrailleur SWEET Vincent S. S/Sgt 32255810 Tué
Mitrailleur KUDEJ Elmer S/Sgt 35316181 Tué
Mitrailleur STAINKER John J. S/Sgt 13125583 Tué

 

Le rapport américain précise que les moteurs N°2 et N°3 étaient en feu, touchés par des projectiles et l'avion se remplit de fumées. Le bombardier sortit de la formation. Le pilote ordonna l'évacuation de l'appareil et le radio-opérateur  (DEL GUIDICE) ouvrit la porte de la soute. Le mécanicien fut le premier à sauter en parachute, suivi du radio-opérateur ( à 7.000 pieds d'altitude) et des autres ( le pilote sauta à 5.000 pieds). Le navigateur Harmon SMITH sauta le dernier alors que les mitrailleurs étaient toujours dans l'avion. Le Sgt STAINKER était prisonnier de sa tourelle et les deux mitrailleurs latéraux (Elmer KUDEJ et Vincent SWEET) tentèrent de le délivrer mais ne purent y parvenir avant que l'avion n'explose à proximité du sol. Les trois mitrailleurs périrent dans la carcasse du bombardier.

Les autorités de l'époque dénombrèrent trois morts (retrouvés dans l'épave de l'appareil) et deux ou trois parachutistes furent observés (ils ne furent pas retrouvés et s'évadèrent). Les trois corps furent inhumés au cimetière Saint-Chéron (Section N°60) à Chartres le 10 Janvier 1944 en même temps que les corps des aviateurs du B-24 abattu à Bouville.

L'évasion des survivants

Il semble que Jack GEORGES (le bombardier) et Harmon SMITH (le navigateur) aient été séparés du restant du groupe survivant lors de leur saut en parachute. Les deux aviateurs se retrouvèrent la nuit suivante. Ils furent ensuite accueillis par la résistance locale puis envoyé à Paris (Chez Mr Pierre BIETRIX demeurant au 2 Bis, Rue de Monceau à Paris). Toutefois, lors leur périple vers l'Espagne, ils furent capturés par les Allemands puis emprisonnés au camp de concentration jusqu'en Juillet 1945.

De leur coté, BICKLEY, DEL GUIDICE, WALTER et HITE furent pris en charge par la résistance locale de Brou (Mr Maurice VOULIZAUD). 15 jours après leur crash, les aviateurs étaient à Paris puis s'évadèrent de France en passant par l'Espagne. Ils retournèrent en Angleterre en Mars 1944.

 

LA VERSION ALLEMANDE

De leur côté, les archives allemandes révèlent que les chasseurs allemandes du JG2 auraient abattus 7 bombardiers le 07 Janvier 1944 entre Orléans et Dreux entre 13H04 et 13H18. Voici le détail de ces victoires:

Date Pilote Escadrille Type d'appareil abattu Localisation Heure
07.01.1944 Hptm Herbert HUPPERTZ 11./JG2 B-24 indéterminée 13H04
07.01.1944 Major Egon MAYER Stab/JG2 B-24 N. E. d'Orléans 13H05
07.01.1944 Major Egon MAYER Stab/JG2 B-24 N. E. d'Orléans 13H06
07.01.1944 Major Egon MAYER Stab/JG2 B-24 Bouville 13H15
07.01.1944 Hptm Herbert HUPPERTZ 11./JG2 B-24 indéterminée 13H17
07.01.1944 Uffz Heinz LORBEER 11./JG2 B-24 Dreux 13H18

A noter que le Major Egon MAYER était, à l'époque, le commandant de la Jagdgeschwader 2 " Richthofen" (du 01.07.1943 au 02.03.1944) et basé à Cormeilles-en-Vexin.

Fw-190A du JG2

 

copyright 2003